La marine marchande

La flotte de commerce française

Les Navires

Queen Mary 2 à Saint-Nazaire

Le marin de commerce

Enseignement Maritime

Les navires écoles

Uniformes et galons de la Marine Marchande

Sécurité maritime

Démolition de navires

La réparation navale

Manutention portuaire

Salaires forfaitaires marine marchande

Conseil supérieur de l'ENIM

Rapport ENIM

Rapport Delattre régime de retraite des marins

3, place de fontenoy

Un marin de la marine marchande dans la tourmente

Les Rendez-Vous maritimes de Brest

Les Tonnerres de Brest

Rétrospective maritime

Les croix du bord de mer

Marée à la pointe Bretagne

Annuaire des sites

Mérite maritime du Finistère

 

 

Voyage sur la côte d'Afrique

 

Quelques images de la vie quotidienne dans les années cinquante

C'est en 1889 que la Compagnie des Chargeurs Réunis débute les lignes maritimes vers l'Afrique de l'Ouest pour le transport de la poste, du matériel et du personnel de l'administration coloniale. Le premier départ est assuré par le " VILLE DE MARANHAO " le 5 juillet 1889 au départ du Havre et de Bordeaux. En 1920, des cargos spécialisés dans le transport de bois exotique sont mis en service. En 1927, le paquebot mixte " BRAZZA " est mis en service suivi en 1929 par le " FOUCAULD ". Cette même année, la compagnie assure le transport de bananes.

Après la seconde guerre mondiale trois nouveaux paquebots mixtes sont mis en ligne au départ de Bordeaux vers la côte d'Afrique Occidentale: Deux sisters-ship " BRAZZA ", " FOUCAULD " et " GENERAL LECLERC ". Le voyage aller/retour dure environ 40 jours, les navires touchent de nombreux ports. Exemple d'un voyage en 1961. Paquebot mixte Brazza. Commandant Brézelec. Départ de Bordeaux 6 décembre avec 250 passagers et 1098 tonnes de marchandises diverses.

Vigo le 8 décembre - Madère le 10 - Dakar, Sénégal le 13 - Abidjan, côte d'Ivoire le 17- Douala, Cameroun le 22 - Pointe Noire, Congo le 26 - Port Gentil, Gabon le 27 - Libreville, Gabon le 28 - Douala le 29 - Lagos et Cotonou, Nigéria le 31 - Lomé, Togo le 1er janvier 1962 - Abidjan le 3 - Sassandra, Côte d'Ivoire le 4 - Conakry, Guinée le 6 - Dakar le 8 - Santa Cruz de Ténérife le 11- Retour à Bordeaux le 15 janvier 1962, avec 150 passagers et 1295 tonnes de marchandises diverses. Escale de 9 jours entre deux voyages.

Paquebot mixte BRAZZA

Caractéristiques du BRAZZA

Construction : Chantiers Swan Hunter & Wigham Richardson (Newcastle on Tyne

Mis en service: Octobre 1949

Vente 1964 devient bâtiment base Maurienne pour la Marine nationale

Longueur:46,02

Largeur:18,89

Tirant d'eau: 10,5 m

Jauge brute: 9 095 - Jauge nette: 5 107 - Port en lourd: 5 415 t - Ptot 8 800 ch

Vitesse 17 noeuds -

Capacité. 538 passagers (quatre classes) / 132 membres d'équipage.

 

Le cargo Picardie (ou Armorique) de la compagnie Delmas Vieljeux au mouillage sur rade foraine
Radeau de flottaison de grumes pour embarquement sur un grumier

Embarquement des passagers à bord de cargos mixte sur rade foraine. Les passagers sont hissés à bord au moyen de palant et d'un fauteuil appelé "berline"

Paquebot mixte espagnol CIUDAD de CADIZ en escale à Santa Cruz de Ténériffe
BRAZZA en escale à Lisbonne

Le départ

Témoignage de Daniel GUIMOND

Le temps des traversées du Brazza de port port sur la cote d’Afrique était très court.

Embarquaient en pontée de nombreux passagers hauts en couleurs. J'étais affecté aux groupes électrogènes et à la frigo, ce qui m’imposait une ronde et des relevés des chambres fret qui se trouvaient à l’avant (les bananes étaient encore transportées en régimes) . Panneau de cale, coursives, étaient encombrés de marchandises, de passagers, dormant mangeant, à même le pont assemblée bruyante, de jour comme de nuit, le poisson séché transporté par certains commerçants .dégageait une odeur atroce.

L’embarquement précédent, j’étais sur le Bandama des Chargeurs Réunis J’ai bien connu la berline, cette caisse en bois, sorte de panier manipulé au mat de charge, recevant en principe 4 personnes. Elle était utilisée surtout sur les cargos en rade de Lomé et Cotonou, les ports n’existant pas encore. Autre moyen pour descendre à terre, s’accrocher aux filets des palanquées chargées sur les chalands, la remontée sur le wharf s’effectuant avec de petites grues.

A bord des cargos, étaient embarqués 50 à 60 Krou mens (du nom de leur ethnie) Chef cacatois, second chef cacatois, patron de vedette, mécanicien, cuisinier, tout un monde qui vivait en autonomie complète à bord, installés sur l’avant principalement sur le gaillard ou deux planches débordantes des rambardes servaient de poulaines.

Embarqués à Sassandra en Cote d’Ivoire, ils faisaient toute la tournée d’Afrique, assuraient l’élingage des grumes flottées, le travail de docker, le saisissage et parfois l’entretien du bateau.

J’ai quitté les Chargeurs après ces 2 embarquements pour les Messageries Maritimes, autres horizons